• AliceGuy
  • Projets

    Alice Guy

    En 1895, à Lyon, les frères lumières inventent le cinématographe. Un an plus tard, à Paris, Alice Guy, 23 ans, réalise La fée au chou pour Léon Gaumont. Première réalisatrice de l’histoire du cinéma, Alice Guy dirigera plus de 300 films jusqu’en 1922. La vie d’Alice Guy est la chronique d’un art qui éclot, elle trace une contre-histoire du cinéma pionnier.
    Femme libre et indépendante, témoin de la naissance du monde moderne, Alice Guy côtoie Gustave Eiffel, Emile Zola, Louis et Auguste Lumière, la Belle Otero, Caruso… Dévouée corps et âme à Léon Gaumont, elle invente les métiers de scénariste, de productrice. Elle réalise la première satyre féministe, le premier peplum à grand spectacle. En 1907, elle traverse l’Atlantique pour conquérir l’Amérique, laissant les Films Gaumont aux mains de son assistant Louis Feuillade. Première femme à créer sa propre maison de production, elle construit un studio dans le New Jersey. Un mariage malheureux lui fait tout perdre.
    Alice Guy meurt dans le New Jersey en 1969, sans avoir revu ses films, absente des manuels d’Histoire du cinéma. En 2011, à New York, le réalisateur Martin Scorcese donne un coup de projecteur sur la pionnière du cinéma : « Alice Guy était une réalisatrice exceptionnelle, d’une sensibilité rare, au regard incroyablement poétique et à l’instinct formidable. Et pourtant, elle a été oubliée par l’industrie qu’elle a contribué à créer »

    Chronologie Alice Guy

    1 juillet 1873. Naissance à Saint-Mandé d’Alice Ida Antoinette Guy. Son père, Emile Guy, est propriétaire d’une chaine de librairies au Chili. Il épousé Marie « Mariette » Aubert en 1863. Déjà trois sœurs et un frère ainés pour Alice.
    1873/1876. Alice est élevée par sa grand-mère, à Carouge, Suisse.
    1876/1879. Alice grandit entre Santiago-du-Chili et Valparaiso.
    1879. Alice retrouve ses sœurs au Couvent du Sacré-Cœur, à Viry, Suisse.
    Suite à un tremblement de terre et à des incendies, Emile Guy fait faillite, rentre ruiné à Paris.
    1890. Le frère ainé d’Alice meurt, suivi par le père, 51 ans. Alice vit avec sa mère, directrice de la Mutuelle Maternelle. Alice apprend la sténo-dactylo.
    1894. Alice est engagée par le fondé de pouvoir Léon Gaumont comme sténographe au Comptoir général de Photographie, avenue de l’Opéra.
    Mars 1895. Alice assiste à une projection des frères Lumière.
    1896. Première réalisation : La fée aux choux.
    1897/1907. Réalisation de 236 films pour les productions Gaumont.
    1900.Exposition universelle et exposition de Lille : diplôme de collaboratrice de la maison Gaumont.
    1902/1906. Réalisation de Phonoscènes qui allie le son à l’image.
    1903. Exposition universelle de Saint-Louis : Médaille d’or.
    1905. Exposition universelle de Liège : Médaille d’or.
    1906. Exposition universelle de Milan : Médaille d’or.
    1906. Réalisation de Résultats du féminisme.
    1907. Palmes académiques : en tant que « directrice de théâtre ».
    Mariage avec Herbert Blaché, opérateur d’origine anglaise. Départ pour les Etats-Unis. Installation à Cleveland.
    1908. naissance de sa fille Simone.
    1910/1920. Tournage de 60 films aux Etats-Unis.
    1918. Herbert quitte Alice.
    1922. Divorcée d’Herbert, Alice revient en France avec ses deux enfants, mais il n’y a plus de travail pour elle dans les studios français.
    1927. Retour aux Etats-Unis. Alice tente de retrouver ses films américains.
    1957. Hommage à la Cinémathèque française à l’instigation de Louis Gaumont, le fils de Léon, et d’Henri Langlois.
    1958. Remise de la Légion d’honneur.
    1962. Pour documenter sa biographie de Louis Feuillade, Francis Lacassin interviewe Alice Guy dans le New Jersey.
    24 mars 1968. Décès à Wayne, New Jersey, à l’âge de 94 ans d’Alice Guy. Elle meurt sans avoir retrouvé ses films.